Bija mantras: ce sont les sons qui activent et harmonisent chaque chakra

Utilisez ces sons pour obtenir la puissance de chacun des 5 éléments, soigner certaines zones du corps, leurs conditions associées et activer chaque chakra. Ici, une méditation pratiquée depuis plus de mille ans dans les traditions tantriques

Les grandes religions de l'Inde partagent l'idée que l'univers a son origine dans le son. La créativité de l'univers lui-même est un son ou une vibration et ce son primordial est ce qui donne littéralement naissance aux mondes et aux corps matériels que nous expérimentons. Dans d’autres traditions, nous avons également cette notion de son et de lettres en tant que principes créatifs - le mot ou Logos mentionné dans la Bible et les lettres dans lesquelles la lumière d’Ein Sof se cristallise, formant l’univers dans la cabale, pour citer juste. Deux exemples connus parmi beaucoup d'autres.

Le son principal des traditions qui émergent des Védas est l’OM. Il existe de nombreux Upanishads qui associent la syllabe OM au Brahman, à l'Absolu, à l'origine de l'univers (à ne pas confondre avec la divinité Brahma). OM est supérieur aux dieux - on dit que c'est le soleil des dieux - et constitue la forme sonore ou vibratoire de l'absolu. En sanscrit, le mot " pranava " est utilisé pour désigner OM. Ce mot peut être interprété de différentes manières. d’une part, il s’agit d’un son ou d’une louange (via la racine nu ) précédent ( pra) de quelque chose, peut-être du son antérieur à la manifestation du cosmos, et, d’autre part, une interprétation hiératique se trouve dans le Athatvashikha Upanishad : cela fait périr les pranas, ils fusionnent avec le Paramatman (l'être universel) et s'identifient à lui, c'est-à-dire le pranava. " Les pranas sont les énergies ou les vents qui construisent le cosmos matériel, à la fois en termes macrocosmiques et microcosmiques, puisqu'ils construisent également le corps humain à partir de l'énergie codée par le karma.

La syllabe OM est considérée comme la mère de toutes les semences de syllabes ou mantras bija, ce sont des mantras qui capturent la forme ou l'énergie d'un dieu ou d'un pouvoir dans une syllabe. Ils sont la base de l'économie magique de diverses traditions, particulièrement importantes dans les traditions tantriques, y compris le bouddhisme tibétain (qui tire ses mantras du sanscrit). On dit qu'un mantra est l'avatar sonore d'une divinité, c'est-à-dire sa manifestation ou son pouvoir dans le monde. L'académicien Guy Beck écrit dans son livre Sonic Theology :

la manière dont l'adepte utilise les forces créatrices du langage passe par la science du mantra, qui jouit d'un statut unique dans le tantrisme ... un mantra tantrique est une forme compacte du dieu ou du pouvoir qui est «En substance ... les mantras sont censés créer leur propre type de résonance dans l'espace, dans la dimension du son ou de la vibration subtils, appelés rien. Puisque tout dans la création est considéré comme un réseau complexe de résonance, l'utilisateur du mantra est conscient de l'immense pouvoir à sa disposition.

Les syllabes de départ ne signifient pas quelque chose, elles ne sont pas des signes de quelque chose d'autre, elles sont en elles-mêmes ce qu'elles nomment. La syllabe du feu, par exemple, Ram, est le feu lui-même, à la fois dans son aspect concret et dans son aspect archétypal - il mérite d'être répété: ce n'est pas le son du feu, c'est le feu. Ainsi, certains adhérents soutiennent que répéter cette syllabe peut non seulement produire de la chaleur ou l'énergie de feu purifiante, mais aussi générer l'aspect matériel de l'élément feu (petit feu du mot); cela nécessite toutefois la concentration du yogi. Les tapas, le samadhi. C’est aussi dans ce sens que ces syllabes s’appellent des graines: elles ont le pouvoir de faire germer la force qu’elles appellent. Terence McKenna, l'ethnobotaniste et psychonaute, a écrit: "Le vrai secret de la magie est que le monde est fait de mots. Et si vous connaissez les mots à partir desquels le monde est créé, vous pouvez en faire ce que vous voulez."

Il y a plusieurs bija mantras. Certains sont appelés shakti mantras (Hrim, But, Klim, Hum, Shrim, etc.), qui déplacent ou contrôlent différentes énergies (guérison, sexuelle, créativité et autres), également liées à différents dieux. Dans ce cas, ce qui nous intéresse, ce sont les bija mantras des éléments; ce sont des syllabes formées avec les semi-vocaux du sanscrit, langage considéré comme parfait, dans lequel les sons correspondent à l'essence des choses et ne sont pas des désignations arbitraires. Sons ou paroles entendus par les sages védiques, les Rishis. Il convient de mentionner que la tradition tantrique qui adore la déesse Kubijika (une secte très ésotérique) utilise d’autres syllabes (les cinq pranavas) liées aux éléments.

Les syllabes ou mantras des éléments sont:

Région génitale de Lam-earth (prithivi), premier chakra, jaune

Vam -agua (apas) nombril, deuxième chakra, blanc

Ram-fire (agni) plexus solaire, troisième chakra, couleur rouge

Yam -aire (vayu) coeur, quatrième chakra, couleur verte ou noire

Ham-space (akasha) gorge, cinquième chakra, bleu

Quatre de ces syllabes correspondent à un semi-local du sanscrit; ce sont des lettres qui relient le non-manifeste au manifeste, ou ce qui précède la création à la création, en tant que syllabes articulées entre le spirituel et le matériel et, peut-être, le pouvoir de transformer la réalité et de matérialiser l'énergie ou souhait Les voyelles sont quelque chose qui ressemble à l'énergie primordiale et les consonnes sont les composants du liant avec lesquels cette énergie construit le monde - en tant que point de connexion ou vase communicant, les semi-doubles, qui correspondent aux éléments, qui sont la première configuration de L'énergie se présente comme une forme matérielle ou comme la première chose découlant d'un son créatif.

La première association entre ces sons et les chakras connus apparaît dans l'un des soi - disant Yoga-Upanishads, le Yoga Tattva Upanishad, où il est recommandé de méditer sur ces cinq sons en relation avec les cinq éléments, une divinité, une couleur et une forme. géométrique La pratique de cette méditation, dit-on, permet d’atteindre le siddhi ou le pouvoir de chacun de ces éléments et, enfin, un état qui transcende la mort. Le texte indique que l'élément terrestre doit être médité sous la forme d'un carré d'or et du dieu Brahma; dans le cas de l'eau, un croissant, la couleur blanche et la divinité Narayana; le feu est gouverné par Rudra, un triangle et la couleur rouge; l'air ou le vent à travers une forme hexagonale noire et contempler Ishvara; L'espace a la forme d'un point ou d'une goutte (bindu) et correspond à Shiva (le texte ne mentionne pas la couleur, il parle d'une brillance pure comme un cristal). Certaines des formes et des couleurs que le texte mentionne ne coïncident pas complètement avec la façon dont cette pratique est enseignée en hatha yoga, où le vert pour l'air et le bleu pour l'espace sont généralement utilisés. De même, les régions du corps que le texte attribue à chaque élément ne sont pas exactement les mêmes.

La pratique plus ou moins standardisée du yoga moderne consiste actuellement à réciter chacune des syllabes de départ et à visualiser la couleur et la forme dans le chakra associé (généralement, les dieux particuliers ont été éliminés; dans les diverses écoles tantriques, les syllabes de graine et la divinité correspondante sont visualisées émergeant de la forme syllabique et du son). Généralement, il faut un certain temps dans chaque chakra et, une fois atteint les sixième et septième chakras, l'OM chante. Tattva Yoga parle de s'arrêter pendant 2 heures dans certains chakras pour vraiment activer l'élément.

Les avantages de chaque mantra de graine sont, selon le docteur David Frawley en Ayurveda:

Lam donne la stabilité, le contentement, la tranquillité. Renforce Vénus et Mars et neutralise les effets pervers de Saturne.

Vam donne le mouvement, la vibration, la fluidité et renforce Vénus, Jupiter et la Lune.

Ram donne le pouvoir et la force et renforce le Soleil, Mars et Ketu (planète de l'astrologie védique).

Le Yam donne mobilité, vitesse et direction et renforce le mercure.

Le jambon apporte largeur, force et perspicacité. Renforce Mercure et Jupiter.

L'OM est associé au Soleil et aux aspects les plus subtils et spirituels.

Tous ces avantages peuvent être étendus de manière analogique, en comprenant les caractéristiques associées à chaque élément et en recherchant son association avec différentes parties du corps, organes, systèmes et autres.

Enfin, il peut être utile d’expliquer l’intonation appropriée de l’OM dans la pratique et sa signification. La syllabe OM, dans ce cas, doit être prononcée avant - au début de toute pratique - et à la fin dans la voie ascendante des chakras. OM est en fait composé des voyelles sanscrites A, U et M. Le philosophe Evan Thompson, dans son livre Waking, Dreaming, Being, explique les composants de l'OM selon la célèbre relation établie par Mandukya Upanishad :

A exprime l'état de veille, un son dur produit par la bouche grande ouverte. U exprime l'état de rêve, un son subtil produit à l'aide des lèvres et M exprime le sommeil profond, les lèvres fermées. Réverbération dans la gorge mmm exprime la joie de la conscience sans sommeil ni sommeil profond ... La pièce ne contient aucun phonème. On peut penser à cela comme au silence duquel tous les sons émergent ou comme l’union des trois phonèmes en une syllabe: OM, exprimant l’unité des trois états dans la conscience unique non-duelle.

La tradition védique divisait les états de conscience en trois sections et une salle qui les transcendait tout en les absorbant et les englobant. Le A correspond à la veille, le U à l'état de rêve et le M aux rêves profonds. Mais la tradition indique que AUM a en réalité quatre mesures, la quatrième est le silence du brahmane, ou le soi-disant turiya, le quatrième état qui englobe tous les autres, qui est celui de la conscience absolue sans double, l'état dans lequel qu'il n'y a pas de différence entre Atman et Brahman, entre l'être individuel et Dieu.

L'une des meilleures explications sur la manière de chanter l'OM et sa signification ésotérique peut être trouvée dans les travaux de Mark Dyczkowski, l'un des principaux experts du tantrisme shaiva. Dans cette vidéo, Mark explique comment chanter les trois mesures de l'OM et comment suivre d'un souffle le silence de la quatrième mesure du mantra (qui n'a aucune mesure), qui remonte jusqu'à Brahman. Dans les minutes 28:00, Mark explique exactement la bonne façon de chanter OM. C'est la méditation qui met en pratique la célèbre phrase de Maduka Upanishad : "Om est l'arc, la flèche est l'individu [atman], la cible est Brahman."