" "

Un tribunal roumain rejette la plainte d'un homme prétendant être en vie

Un homme roumain est dans les limbes juridiques, après que le tribunal n'ait pas accepté la preuve qu'il est en vie

Dans ce qui pourrait être l'intrigue d'un roman (peut-être Kafka en Transylvanie ), la prétention d'un homme d'être en vie a été rejetée par un tribunal de Barlad, en Roumanie.

Apparemment, la preuve présentée par l'homme (comparaissant devant le tribunal) n'était pas suffisante pour convaincre le juge. L'homme de 63 ans avait été déclaré mort après que sa femme eut annoncé sa mort en 1999. Constantin Reliu avait interrompu toute communication avec son épouse depuis 1992, apparemment parti à la recherche d'un travail, et elle avait été déclarée morte sept ans plus tard. En 2003, il obtint un certificat de décès officiel. L'épouse avait supposé que Reliu avait péri lors d'un tremblement de terre en Turquie et avait obtenu le certificat de reprise du mariage.

Cette année, les autorités turques l'ont déporté en Roumanie. Reliu cherchait à renouveler son passeport pour pouvoir retourner en Turquie. En entrant dans son pays, il a été informé de son décès en 2003. Le tribunal a estimé qu'il était trop tard et qu'il devait conserver son statut officiel d'homme mort. Reliu exprime son désespoir en disant: "Je suis officiellement mort, bien que je sois en vie. Je n'ai aucun revenu et comme je suis répertorié comme mort, je ne peux rien faire." Sans aucun doute, il s’agit d’une affaire kafkienne et tout à fait sui generis à l’ère où nous sommes tous dans le "système".

Reliu est, jamais mieux dit, dans les limbes juridiques.

Avec des informations de The Guardian