Le jour où les corbeaux sont vénérés comme des divinités

Un festival au Népal vénère des corbeaux, des chiens et des vaches les jours suivants

Actuellement, le festival Tihar a lieu au Népal, parfois aussi connu sous le nom de festival des lumières (Divali), l’un des festivals les plus importants de ce pays - qui est également célébré en Inde et dans d’autres pays à population hindoue, Avec certaines variations. Ce festival a des particularités intéressantes, comme nous l’avons déjà noté. L’une d’entre elles est que les chiens sont vénérés comme des divinités, leur offrant de la nourriture, des fleurs d’encens, etc. Cette fois, nous voulons souligner le culte du corbeau qui, avec les chiens, est considéré comme un animal de la mort.

Le Tihar est en grande partie un festival de fertilité et un festival qui cherche à célébrer la vie dans son triomphe sur la mort. C'est pourquoi il est d'accord avec la mort, est content et honoré (on ne lui refuse pas). Ainsi, le premier jour (kaag tihar), des offrandes sont faites aux corbeaux, laissant de la nourriture sur les toits, des fleurs et des bonbons. Les corbeaux ont une présence omniprésente dans la vallée de Katmandou et s’intègrent d’une certaine manière dans la vie quotidienne. Ses cris symbolisent les lamentations subies dans la mort (ou par la mort); ils sont associés à Yama, la divinité de la mort à laquelle il faut plaire, car on pense qu'ils sont leurs émissaires ou leurs messagers. Nous pouvons trouver ce même symbolisme dans différentes cultures. Ce jour-là, il n’est pas rare de trouver un corbeau savourant des friandises au milieu de fleurs et d’encens, établissant une relation mystérieuse avec les humains.

Le deuxième jour du festival (kukur tihar), les chiens sont vénérés, ils ont également une présence quasi omniprésente dans les rues de Katmandou et sont également des partenaires de la mort. Le troisième jour, les vaches sont vénérées - un symbole de prospérité, de richesse et de lumière - et le cinquième jour, on célèbre le bhai tihar, une fête de bénédiction entre frères et sœurs. Les frères prient le dieu Yama de leur accorder la longévité. Les gens nettoient leur maison et lancent de nouveaux projets, une sorte de renaissance. En même temps, il est caractéristique d’utiliser des bougies et récemment des lampes électriques (type lumières de Noël) pour remplir les maisons de ces ornements qui sont également des offrandes à la déesse Lakshmi, la déesse de la prospérité et de la beauté. Un puja (rituel d'offrande) est également célébré en l'honneur de la déesse invitée à la maison. Cette année, le Lakshmi tihar a lieu le même jour que le Kukur tihar.