Le médecin doit apprendre la médecine à la nature (à propos de la philosophie naturelle de Paracelsus)

Enseignements Paracels

Le médecin suisse Theophrastus Philippus Aureolus Bombastus von Hohenheim, mieux connu sous le nom de Paracelsus, révolutionna la médecine avec une théorie opposée à Galien et à Avicenne, dont les théories dominaient encore la pratique médicale à la Renaissance. Paracelsus, en plus d'être un médecin, était un alchimiste, théologien et philosophe de la nature, qui au cours de ses voyages a récupéré un trésor de sagesse populaire (de nombreuses croyances sur les nymphes, les gnomes, les pygmées, les sylphes et d'autres êtres élémentaires nous viennent de Paracelsus). La base de ses importantes innovations médicales ne vient pas de ce que nous appelons maintenant la méthode scientifique, mais de sa propre intuition, de ce qu’il appelle Lumen naturae, une sorte de fusion ou de sympathie avec les éléments de la nature. Selon Paracelsus, il existe deux types de connaissance véritable dans ce monde, l'un est éternel et l'autre temporaire: "L'éternel provient directement de la lumière de l'Esprit Saint et l'autre directement de la lumière de la Nature." En ce sens, la lumière naturelle est comme la lumière de la lune qui reflète la lumière du soleil, qui représente la lumière divine de l'esprit. C'est cette lumière que le médecin doit apprendre à distinguer et à suivre dans sa pratique quotidienne.

Paracelsus a établi une nouvelle théorie médicale fondée sur quatre piliers: la philosophie, l'astronomie, l'alchimie et la vertu ou morale. Le fondement de cette théorie était la philosophie, conçue par Paracelsus comme une connaissance de la nature. En fait, Paracelsus a écrit que la nature était un livre et que l'homme devait lire ce livre (un livre de loin supérieur aux livres de médecine, mais comparable à la Bible en tant qu'écriture divine). "En médecine, qui est un meilleur professeur que la nature elle-même?", Écrit-il. "Maintenant que nous avons conclu que le médecin doit être éduqué par la nature, nous devons nous demander: qu'est-ce que la nature sinon la philosophie? Qu'est-ce que la philosophie sinon la nature invisible?" En d’autres termes, la nature communique et rend visibles les principes philosophiques du cosmos, elle incarne la vérité et constitue donc un livre insurmontable pour apprendre la philosophie. Philosophie essentielle pour la médecine holistique et intégrale de Paracelsus, où le médecin doit connaître le macrocosme pour comprendre ses actions dans le microcosme; C'est pourquoi l'astronomie est le deuxième pilier de sa théorie médicale.

"C’est la philosophie: les choses sont dans l’être humain de la même manière qu’elles sont à l’extérieur, de manière intangible, comme si on se regardait dans un miroir", écrit-il dans l’introduction de l’ouvrage Paracelsus: Essential Theoretical Writings, the Un médecin suisse attribue à la théorie du microcosme et du macrocosme un pouvoir de guérison supérieur à la théorie des humeurs. D'où l'idée que le semblable traite le semblable, comme le prouvent la doctrine des signatures et les spaghettis. médical

Le macrocosme est représenté par les étoiles - qui existent également à l'intérieur de l'homme -, considérées comme l'aspect maternel et les éléments représentant le microcosme ou l'aspect maternel. Les premiers ( astra ) jouent un rôle actif, générateur et transformateur et les seconds sont passifs. Le médecin doit connaître le texte de même nature que le texte du ciel pour pouvoir incorporer dans sa pratique la connaissance des relations entre ciel et terre, les affinités des différentes forces planétaires avec les différentes plantes et minéraux. En résumé, le médecin doit être un sage, un philosophe et un théosophiste et non pas seulement un spécialiste - quelque chose qui est en opposition directe avec ce que la médecine est aujourd'hui. ("La plus importante des qualités qu'un médecin doit posséder est sapientia "). C'est pour tout cela que nous avons voulu sauver la philosophie médicale de Paracelsus. Il l'avait déjà diagnostiqué il y a 500 ans:

Ils ont complètement déserté le chemin indiqué par la nature et mis en place un système artificiel qui ne convient que pour tromper le public et saper les poches des malades. Son pouvoir réside uniquement dans le fait que son charabia est incompréhensible pour le public, qu'il a la conviction que cela doit avoir une signification, et la conséquence en est que personne ne peut les approcher sans se laisser tromper. Son art n'est pas de guérir les malades, mais de gagner la faveur des riches, de tromper les pauvres et de pénétrer dans les quartiers des nobles ... Ils me dénoncent parce que je ne suis pas leur école; mais leurs écoles ne peuvent pas m'apprendre quoi que ce soit qui mérite d'être connu ..

Au lieu de cela, le vrai médecin est le philosophe qui:

Il doit oser utiliser sa propre raison et ne pas s'en tenir à des opinions dépassées et aux autorités livresques. Il doit posséder avant tout la faculté appelée Intuition et qui ne peut être acquise en suivant aveuglément les pas d'un autre; Vous devez pouvoir voir par vous-même. Il y a des philosophes naturels et des philosophes artificiels. Les premiers ont leurs propres connaissances; Ces derniers ont emprunté la connaissance des livres.

[...] Par le pouvoir de la sagesse, l'homme parvient à reconnaître l'unité du Tout et à percevoir le microcosme humain dans la contrepartie du macrocosme de la nature. Tout ce qui existe dans les cieux et sur la terre se trouve aussi dans l'homme et tout dans l'homme existe également dans le macrocosme de la nature. Les deux sont les mêmes et ne diffèrent que par leur forme. C'est une vérité qui doit être perçue par tout vrai philosophe, mais une intelligence simplement animale ou basée sur des conjectures ne la comprend pas. Cette philosophie qui repose sur la sagesse - c'est-à-dire la reconnaissance de la vérité d'une chose - est la vraie philosophie; ce qui est basé sur des conjectures et des spéculations stériles est faux; le premier est le vrai or; la seconde est une simple imitation à laquelle, si elle est jetée au feu, elle ne laissera que cendres et soufre.

Celui qui veut connaître l'homme doit le voir dans son ensemble et non comme une série de fragments. Si vous trouvez une partie du corps malade, vous devez rechercher les causes de cette maladie et ne pas traiter que les effets externes. La philosophie - c’est-à-dire la perception et la compréhension correctes des causes et des effets - est la mère du médecin et explique l’origine de toutes les maladies.

La nature - pas l'homme - est le médecin. L'homme a perdu la véritable lumière de la raison ... Essayez de vous permettre de suivre à nouveau la nature et elle sera votre instructeur. Familiarisez-vous avec le magasin de la nature et avec les étagères dans lesquelles sont stockées ses vertus. Les chemins de la nature sont simples et ne nécessitent pas de prescriptions compliquées.

Suivez la Dame de la nature (travail d'Adam McLean)

* Citations de La vie et la doctrine de Paracelsus, traduction de Franz Hartmann