Dans l'euphorie de la légalisation, les dispensaires canadiens manquent de marijuana

Le gouvernement ne savait pas que ses citoyens aimaient tellement le cannabis

Le Canada est le premier pays industrialisé à légaliser le cannabis à des fins récréatives. La plante était légalement légale depuis plusieurs années déjà, mais ce qui a amené le Canada à faire le saut est certainement liée aux promesses de la bonanza économique, cet autre sommet. Quoi qu'il en soit, le pays de la feuille (de Maple) fait, comme le décrit le New York Times, une expérience.

Le caractère expérimental de ce fait commence à être démontré après une semaine de légalisation, de nombreux magasins sont à court de produits. Les Canadiens ont légalisé avec une joie singulière et les articulations ont brûlé à profusion, au point que Bill Blair, qui a dirigé le programme de légalisation du gouvernement, a déclaré qu’il n’était actuellement pas approvisionné et ne pouvait pas répondre aux demandes de cannabis Ils sont en train de se faire.

Les magasins de Calgary et d'Edmonton ont signalé une pénurie complète de produits. Certains d'entre eux devront attendre pour capitaliser sur l'euphorie, qui devrait laisser un déversement de plusieurs millions de dollars et stimuler toutes sortes d'industries, de la gastronomie au tourisme. En général, les commerçants ont exprimé leurs plaintes devant le gouvernement. Les autorités disent que c'est quelque chose de nouveau et qu'il faudra s'adapter progressivement.

Selon les statistiques officielles, 12, 3% des Canadiens de plus de 15 ans fument du cannabis, alors qu'en 1985, 5, 6% seulement fumaient. En 2015, 20% des Canadiens ont déclaré avoir fumé au moins une fois et 30% ont déclaré qu'ils le feraient si c'était légal. Il est très probable que ce chiffre va augmenter dans les années à venir - mais c'est ce que l'expérience nationale va découvrir.

Sur une note positive, la légalisation du cannabis a accéléré l' adoption d'une loi visant à pardonner à toutes les personnes incarcérées la possession de plus de 30 g de cette substance. Les prisonniers, pour la plupart des fumeurs de loisir, iront dans un nouveau pays et célébreront certainement des joints fumants au soleil.

Photo: Carlos Osario