La Divinité est-elle capable de faire l'expérience des passions humaines?

Le principe divin est capable d'expérimenter les passions humaines, mais seulement quand il devient une créature

Le Principe Divin, qui sous-tend tout ce qui existe et le rend possible, n’expérimente pas en lui-même les passions humaines parce qu’il est immuable, et à tort les gens avec une perception enfantine de la Divinité les attribuent. Cependant, il existe un moyen, différent de ce que les gens ordinaires comprennent, dans lequel ce principe immuable est capable de faire l'expérience des passions humaines, et ce n'est que lorsqu'il devient une créature, lorsque, du non manifesté, du royaume du sans forme, elle se condense dans l'existant en acquérant une forme. Que veux-je dire? Le Principe en lui-même est immobile et dépasse toutes les passions, mais il se manifeste également dans tous les êtres et, en se manifestant dans tous les êtres, en étant tous les êtres, tout ce qu'un être ressent, ce que vous ressentez, C’est ce que le Principe expérimente, mais non pas dans sa qualité de Principe, mais dans sa qualité de créature, d’une entité existante particulière. Ressentez à travers tous les êtres uniquement dans leur qualité, tous les êtres étant dans leur essence le Principe, unique et toujours le même. Si vous rencontrez une passion, vous la ressentissez parce que vous vivez, et vous vivez parce que vous êtes essentiellement le Principe: vous vivez avec la Vie du Principe, vous expérimentez de lui votre condition de créature passionnée. Mais si vous allez plus loin dans votre intérieur jusqu'à ce que vous dépassiez le niveau individuel, vous atteignez le centre non perturbé du Principe. En résumé: de l’imperturbabilité, le Principe subit une perturbation; de l'invisible, le visible; de l'inaudible, l'audible; de l'incorporel, le corporel; de non-pensée, pensée; de l'éternité, le temps; de plénitude, de manque; de la vie, de la mort; de l'impersonnel, la personne; tout cela à travers votre condition de créature ou d'entité existante particulière dans laquelle le Principe est clarifié en acquérant une forme qui la limite, qui restreint l'Infini qui se trouve dans sa condition non manifestée. Ce n'est que dans son altérité illusoire que le Principe fait l'expérience des passions humaines. Ergo, il n’ya rien que la Divinité n’éprouve et pourtant, elle reste intacte et immuable au-delà de toute passion mutable, de tout dérangement.

C'est le sens ésotérique de la nature du Christ, loin de la conception littérale et exotérique qui considère le caractère historique et contingent de Jésus de Nazareth comme la manifestation exclusive de Dieu dans le royaume des créatures. En réalité, le principe christique est universel, il habite tous les êtres et est le même que le principe de Bouddha, l'homme universel, etc., et ne nécessite que son actualisation pour être réalisé. C'est le principe immanent de la Divinité, l'Absolu ou l'Infini.

L’Église, dans sa folie littéraliste et historiciste, a persécuté tous les "hérétiques" qui ont reconnu le sens véritable; et le protestantisme, encore plus littéral et historiciste, a conduit la caricature chrétienne, en dehors du catholicisme, à ses formes extrêmes de dégradation, de la même manière que la théologie de la libération l'a fait en son sein. Je me réfère bien sûr à un point de vue exclusivement métaphysique. D'un point de vue humain, les choses prennent un autre aspect.

Facebook: Sofia Tudela Gastañeta