C'est la première image d'un trou noir (et c'est assez poétique)

La science était auparavant plus poétique et parfois aussi plus précise; la première image d'un trou noir est un bon test

Depuis quelques décennies, ils sont entrés dans l’imaginaire, les trous noirs sont toujours là, bien que nous ne les ayons jamais vus jusqu’à récemment, pas même illustrés. Incommensurables, avec un pouvoir difficile à imaginer et un rôle de premier plan dans la dynamique de notre univers, ces objets, ou plutôt de mystérieux portails, n'étaient imaginés que visuellement.

Leur capacité à modifier radicalement les schémas spatio-temporels, ainsi que leur présence insupportable, les a rendus plus intrigants. Cependant, ce "point de non-retour de la lumière et de la matière" avait été visualisé en 1979 par Jean-Pierre Luminet, avec rien de plus qu'un ordinateur ancien, des calculs mathématiques avancés et beaucoup d'encre.

Ce qui est amusant, c’est que, outre la poétique de l’image, rappelant un œil humain «bouclé», peut-être un cercle féminin, cette image est plus précise que beaucoup de ses successeurs, fabriquée avec un équipement de pointe et l’expérience astronomique accumulée de forme accélérée, dans la dernière moitié du siècle. Selon la Space Academy, dans l’image de Luminet, l’énergie et la lumière sont plus intenses près du bord du trou noir et plus faibles à mesure qu’il s’éloigne. De plus, il illustre les effets de Doppler et d'Einstein, provoqués par la rotation du disque d'accrétion, qui provoqueraient une luminosité plus intense d'un côté, en fonction du sens de rotation du disque.

Quoi qu’il en soit, restons dans l’esthétique suggestive de cette image pionnière du trou noir, bien supérieure aux visualisations ultérieures générées par ordinateur et, pour beaucoup, paradoxale, à la précision atteinte par Luminet, supérieure à celle des plus récentes.

Après tout, la science a beaucoup de poésie, ce qui semble parfois avoir été oublié.