C'est la plus haute intuition que l'esprit puisse atteindre, selon le tantrisme

Dr. Mark Dyczkowski explique quelle est l'intuition suprême du tantrisme shaiva

Parmi les divers systèmes spirituels nécessaires à la libération de l'Inde, le tantrisme shaiva le plus raffiné et le plus radical du Cachemire. Ce système développé par une lignée ininterrompue d'enseignants (panditas) dans le nord de l'Inde depuis le Moyen Age repose sur l'intuition que toutes choses manifestent une conscience unique, qui est l'être de tous les êtres. Mais ceci n'est pas seulement énoncé comme une croyance philosophique, mais est pratiqué, vécu, en utilisant diverses techniques de yoga et de contemplation.

Le Dr. Mark Dyczkowski est l’un des plus grands experts de cette tradition, un grand universitaire et surtout un pratiquant du tantrisme, ayant eu Swami Lakshmanjoo comme enseignant. Dans cette vidéo, Dyczkowski présente quelques passages de ce qui est peut-être le texte le plus important de cette tradition, le Tahraloka d’Abhinavagupta. Ensuite, nous paraphrasons ce que Dyczkowski a dit en commentant le texte:

Abhinavagupta croit que les religions et les philosophies peuvent être évaluées en fonction de leur niveau d'intuition spirituelle. L'intuition spirituelle est suddha vidya (sanskrit, littéralement "connaissance pure"), la reconnaissance que je suis tout cela, je suis l'univers entier et l'univers est moi. C'est une double réalisation: du moi en tant qu'être infini et de l'être infini en tant que tout ce qui existe. C'est le vrai raisonnement ...

Dyczkowski introduit ici le principe de base pratiqué dans le tantrisme, la vision ou la contemplation pure qui corrige une fausse identification avec une version limitée de ce qu’est une personne; Nous ne sommes pas seulement des egos dans des corps, mais nous sommes des manifestations de l'être infini dont la nature est la conscience pure qui déploie l'univers à travers l'art de sa maya, son pouvoir de manifester la diversité, comme dans une sorte de jeu extatique.

Dyczkowski poursuit en disant que l'on y arrive en raffinant la pensée: les pensées deviennent plus lucides et transparentes, notant que ce qui crée la pensée n'est pas l'esprit individuel, mais la lumière de la conscience, notre propre nature infinie: Pour Bhairava. Il précise que, contrairement à l'Advaita vedanta qui tend à la transcendance, à la conclusion que ce monde est illusoire et que la réalité est au-delà, le shaiva tantrism (trika) est une vision qui met l'accent sur l'immanence, la réalité unique qui tout (ce n'est pas au-delà mais c'est le plus intime et le présent).

Enfin, Mark mentionne que pour atteindre cet état d’identification avec l’absolu, certaines sadhanas (pratiques spirituelles) doivent être pratiquées. Pratiquer la sadhana, ce n’est pas se laisser emporter par des pensées inutiles, qui ne tiennent pas compte du présent alors qu’elles se concentrent sur la conceptualisation de l’ego. Ces pensées sont remplacées par la pensée que l'on est la divinité suprême, dans le cas du tantrisme du Cachemire, Shiva. Et que toutes les choses sont des manifestations de la conscience infinie. On fait attention à la lumière de la conscience elle-même et non au contenu des expériences.

Intuitionner cela et faire de l'intuition une connaissance intégrale est la plus haute réalisation puisqu'elle élimine la perception de séparation. Et c’est la séparation, finalement, qui génère la souffrance: la relation entre un sujet et un univers d’objets séparés impermanents crée nécessairement la cupidité et l’aversion.