Ce sont les 6 dimensions de l'existence dans lesquelles vous pouvez vous réincarner selon le bouddhisme

Borges décrit les 6 différentes voies de transmigration dans le bouddhisme

À l'instar de la grande majorité des religions nées en Inde, le bouddhisme a pour postulat fondamental la théorie du karma - beaucoup entre les mains de la théorie de la réincarnation. Bien que le bouddhisme ne croie pas en l’existence d’une âme, ou du moins que c’est ce que la plupart des enseignants bouddhistes ont défendu (car il existe une controverse sur le point de savoir si le Bouddha a réellement enseigné la théorie d’Anatman), il existe un continuité mentale qui est simplement un ensemble d'impressions, une inertie karmique. La causalité sur le plan du samsara ou le monde du devenir est inexorable. Ce qui est recherché, c’est précisément d’arrêter cette roue.

Bien que le bouddhisme ne soit pas théiste, cela ne signifie pas qu'il ne soit pas créé dans l'existence des dieux. Le Bouddha interagit fréquemment avec Brahma et Indra. Mais il est soutenu que les dieux sont aussi des êtres contingents, des habitants du samsara, et en tant que tels, ils n’ont pas non plus d’existence éternelle. En dépit d'être au sommet du monde, ils devront aussi tomber et souffrir. C’est pourquoi le "précieux corps humain" est davantage valorisé, car apparemment aucun autre plan d’existence n’est aussi propice à la recherche de la libération, car il se situe dans un plan intermédiaire, à égale distance du plaisir presque éternel et de la douleur presque éternelle, avec le bon mélange. cela appelle à pratiquer le dharma.

Dans la dernière partie de sa vie, Borges a abordé le bouddhisme et a trouvé dans les enseignements du Bouddha une grande affinité. Avant que son philosophe préféré, Schopenhauer, ait trouvé le même. En plus de livrer une conférence célèbre incluse dans ses 7 nuits, Borge a écrit plusieurs articles sur le bouddhisme. Ci-dessous, nous partageons un texte dans lequel Borges décrit les six voies de la transmigration d’une manière très agréable, avec sa littérature infaillible.

1) La condition de Dieu (deva). Ces êtres ont été hérités de la mythologie Hindustani et, selon certaines autorités, il y en a trente-trois: onze pour chacun des trois mondes. Deva et Deus viennent de la racine div, qui signifie "briller".

2) La condition de l'homme. C'est le plus difficile à réaliser. Une parabole nous parle d'une tortue qui vit au fond de la mer et montre sa tête tous les cent ans et d'un anneau qui flotte à la surface; Il est si peu probable que la tortue pose sa tête dans l'anneau comme si un être, après sa mort, s'incarnait dans un corps humain. Cette parabole nous exhorte à ne pas gaspiller notre humanité, car seuls les hommes peuvent atteindre le nirvana.

3) La condition d'asura. Les asuras sont des ennemis des devas et correspondent en partie aux géants de la mythologie scandinave et aux titans grecs. Une tradition les fait naître de l'aine de Brahma; On croit qu'ils vivent sous terre et qu'ils ont leurs propres rois. Les nagas, des serpents à visage humain qui vivent dans des palais souterrains, conservent les livres ésotériques du bouddhisme.

4) La condition de l'animal. La zoologie bouddhiste les classe en quatre espèces: celles qui n'ont pas de pied, celles qui ont deux pieds, celles qui ont quatre pieds et celles qui ont beaucoup de pieds. Les jatakas font référence aux vies antérieures du Bouddha dans des corps d'animaux.

5) La condition de la preta. Ils sont réprouvés tourmentés par la faim et la soif; Votre ventre peut être la taille d’une montagne et votre bouche comme un œil d’aiguille. Ils sont noirs, jaunes ou bleus, pleins de lèpre et sales. Certains dévorent des étincelles, d'autres veulent dévorer leur propre chair. Ils animent généralement les cadavres et se promènent dans les cimetières.

6) La condition d'être infernal. Ils souffrent dans des endroits souterrains, mais ils peuvent aussi être confinés à un rocher, un arbre, une maison ou un vaisseau. Le juge des ombres vit au centre de l’enfer et demande aux pécheurs s’ils n’ont pas vu le premier messager des dieux (un enfant), le deuxième (un vieil homme), le troisième (un malade), le quatrième homme torturé par la justice), au cinquième (un cadavre déjà corrompu). Le pécheur les a vus, mais n'a pas compris qu'ils étaient des symboles et des avertissements. Le juge le condamne à l'enfer de bronze, qui a quatre angles et quatre portes; C'est immense et plein de feu. À la fin de nombreux siècles, l’une des portes est entrouverte: le pécheur parvient à sortir et entre dans l’enfer du fumier. À la fin de plusieurs siècles, il peut fuir et entre dans l'enfer des chiens. De là, après des siècles, il passera à l'enfer des épines, d'où il retournera à l'enfer de bronze.

(Avec des informations de Borges toute l'année)