Une excellente vidéo montre pourquoi la mort peut ne pas être réelle

La vie est-elle juste un processus complexe d’échange d’informations entre des choses mortes? Où est cette étincelle, cette zone qui distingue la vie de la mort? Et, s'il n'y a pas un tel différenciateur entre la vie et la mort, pouvons-nous alors soutenir que la mort n'existe pas?

Dans cette vidéo provocante réalisée par Kurzgesagt-In a Nutshell, nous voyons un argument convaincant: il n’ya pas de frontière nette entre la vie et la mort, ce qui nous amène à (questionner) la même question de savoir ce qu'est la vie et ce qu'est la mort et si ce sont des questions vraiment importantes. La vidéo s'inscrit dans une vision totalement matérialiste - et pas pour cette raison peu poétique: la poésie de la science reconnue comme faisant partie de l'évolution et de l'immensité de l'univers - dans laquelle l'information remplace la métaphysique de l'esprit ou de l'étincelle. vital. Il est paradoxal qu'une animation soit utilisée pour prouver apparemment qu'il n'y a pas de principe animiste en biologie, tout est simplement une complexité émergente de la disposition des parties matérielles.

La vidéo affirme que toutes les choses "vivantes" sont constituées de cellules, mais que celles-ci sont fondamentalement des nanorobots à base de protéines qui s'autoréglementent et se reproduisent. Mais rien dans les cellules n'est vivant en soi, il n'y a pas de point spécifique où la vie est ignorée, "tout est composé de matière morte qui suit les lois de l'univers", alors la question se pose: la vie n'est-elle que l'agrégat? de ces réactions entre les éléments?

Quelques arguments pour cette thèse:

Si l’ADN est extrait de sa cellule protectrice, il ne peut rien faire seul (la vie n’existe que sous la forme d’un réseau entre différents composants matériels).

Les virus, qui ne sont que du matériel génétique existant sans cellules, sont-ils vivants ou morts? Ces gènes sans coquille peuvent, dans certains cas, envahir les cellules mortes et les rallumer.

Les mitochondries étaient des bactéries libres qui formaient une relation avec d'autres cellules qui les incorporaient "de manière endosymbiotique" et conservaient leur propre information génétique, mais "comme les individus sont morts", ils ont changé leur "vie" pour la survie de leur ADN, ce qui signifie que le La vie peut évoluer vers la mort tant qu'elle est bénéfique pour ses propres informations génétiques. La vie n'est donc peut-être que de l'information et le processus d'échange d'informations entre des choses "mortes".

"Si tout dans l'univers est fait des mêmes choses, cela signifie-t-il que tout dans l'univers est mort ou que tout dans l'univers est vivant?" Ou alors, il est inutile de répondre à cette question et de la différencier lorsque tout fait partie du même processus d'échange d'informations. "Nous ne mourrons jamais parce que nous ne vivons jamais, nous faisons bien plus partie de l'univers que nous le pensons."

Fondamentalement, la vidéo indique qu’il n’ya pas d’élément métaphysique chez les êtres vivants et que ceux-ci sont régis par les mêmes principes universels que les objets morts. Le "vivant" est simplement une relation complexe de choses "mortes". Or, le fait que nous n’ayons pas placé le fantôme dans la machine, l’esprit au second plan ne signifie pas nécessairement qu’il n’existe pas (il est possible que l’âme n’est nulle part spécifique, car elle est en tout). La vision matérialiste est convaincante sur son propre terrain, mais au final ce n’est qu’une perspective, une manière de voir l’univers. Une vision dans laquelle la matière elle-même - et pas seulement la vie - est une expression plus dense ou plus subtile de l’esprit ou de la conscience, est également cohérente et convaincante dans sa propre formulation (peut-être avec la nuance de la logique récursive que nous sommes le fantôme qui cherche à chasser le fantôme). Ont-ils toujours besoin de s'opposer à ces visions du monde ou existe-t-il un principe qui les réconcilie?

Twitter de l'auteur: @alepholo