La disparition de "5anto" et d'autres cas dans lesquels le narco ou le gouvernement mexicain semble avoir attaqué des journalistes numériques

La disparition du blogueur connu sous le nom "El 5anto" et le vide informatif sur l'endroit où il se trouve, ainsi que dans d'autres affaires dans lesquelles des voix notoires opposées au régime sur Internet ont subi des attaques, suggère que nous assistons peut-être à un nouvel état de répression et la censure au Mexique.

Le gouvernement mexicain, ou les pouvoirs dans l'ombre, poursuit-il les voix qui s'opposent au régime sur Internet? Certains cas semblent suggérer qu'il se passe quelque chose à cet égard - ce qui constituerait une grave atteinte à la liberté d'expression. Le site Aristegui News publie une note sur 8 cas d'attaques de journalistes sur Internet, de blogueurs et de tweeters au Mexique, qui décrit certainement une situation préoccupante.

La récente disparition de Ruy Salgado, connue sous le nom de "el 5anto", sur le site El5antuario, a fait naître certaines suspicions quant à l'existence d'une persécution marquée contre les voix dissonantes exprimées sur le terrain suspectement libre d'Internet. Le site de Ruy Salgado a manifesté à plusieurs reprises contre le gouvernement de Calderón, sa guerre contre le narco et les accusations portées contre Enrique Peña Nieto. Cet espace était dédié à la publication de données incriminantes et de théories du complot (qui pourraient être vraies) contre ce que nous pouvons appeler le système dominant. Et bien que beaucoup puissent penser qu’un blog peut difficilement influencer ou faire pencher la balance après une élection ou au lendemain de ses événements - bien que le site El5antuario ait maintenant acquis une importance relative avec un trafic dépassant les 50 000 visites quotidiennes - Le fait que le propriétaire de ce site ait disparu dans ce climat est délicat (le cas est actuellement examiné par Reporters sans frontières). Est-ce un échantillon de l'inconscient excessif et autoritaire qui caractérise les bras longs et maladroits de l'État et le statu quo ? Ou s'agit-il du narco, déjà une sorte de bras militaire clandestin du pouvoir politique?

Nous reproduisons ici la somme des 8 cas que le site de la journaliste Carmen Aristegui compile:

1-En août 2011, María de Jesús Bravo et Gilberto Martínez, tweeters de Veracruz, ont été emprisonnés pendant un mois pour "terrorisme" et "sabotage", pour que le gouverneur de l'Etat, Javier Duarte, ait dérangé "l'ordre" public "

2-En août 2011, le portail "Plumas Libres" de Xalapa, Veracruz, a été piraté pendant plusieurs jours. le journaliste Luis Velázquez a demandé qui dirigeait l'attaque et dans quel but?

3-En août 2011, le portail "E-consulta" de Puebla a été désactivé après une campagne menée par le porte-parole du gouverneur, Rafael Moreno Valle, Sergio Ramírez Robles.

4-Le 27 octobre 2011, on a retrouvé le corps décapité de María Elizabeth Macías, surnommée sur internet "la petite fille de Laredo", qui collaborait au site Web "Nuevo Laredo Live", où sont rapportées des activités de criminalité organisée. la région.

5-Le 9 novembre 2011, l'internaute connu sous le nom "El Rascatripas" a été décapité, à Nuevo Laredo, Tamaulipas. Le sujet, dont le nom n'a pas été révélé, a collaboré avec le site Web Nuevo Laredo Live.

6-En novembre 2011, le portail Internet de Sinaloa "Riodoce.com.mx" a été victime d'une cyberattaque. Selon le directeur du magazine, Ismael Bojórquez Perea, l'agression provenait des informations diffusées par le site au sujet du processus judiciaire engagé contre Vicente Zambada, Niebla, "el Vicentillo".

7-En septembre 2012, la disparition du célèbre blogueur et tweeter connu sous le nom de "el 5anto" ou "Ruy Salgado" a été rapportée. Bien qu'il ait été rapporté que l'affaire était entre les mains de ses proches, le blog dans lequel il a diffusé des opinions et des informations sur ce qui a cessé de faire des publications.

8-En septembre 2012, Aleph Jiménez, porte-parole de # Yosoy132 à Ensenada, en Basse-Californie, s'est caché derrière les soupçons d'une attaque contre lui. Jiménez appartient au mouvement étudiant qui a émergé sur les réseaux sociaux en août dernier.