Les 10 recommandations de Thomas Piketty pour mettre fin aux inégalités économiques

Dans son ouvrage le plus récent, L'économiste français Thomas Piketty, intitulé "Le capital et l'idéologie", propose 10 propositions visant à réduire les inégalités économiques.

Thomas Piketty est l'un des économistes les plus reconnus de notre époque. D'origine française, Piketty s'est notamment spécialisée dans l'étude des inégalités économiques dans ses relations avec le capitalisme.

Piketty a été l’une des rares voix qui, appuyée par des études et des mesures rigoureuses, a souligné l’effet néfaste des pratiques économiques telles que l’héritage, le capital accumulé, le capital accumulé, les paradis fiscaux et d’autres facteurs connexes sur le bien-être général. Aussi, contrairement à d'autres, l'économiste n'hésite pas à attribuer à l'État une pertinence déterminante dans la régulation de l'économie, en particulier pour influencer les effets que, par sa propre logique, le système économique dans lequel nous vivons est généré. Selon Piketty, il est nécessaire qu’une entité agissant sur cette inertie du capitalisme le mène dans une autre direction.

En ce sens, dans un livre récemment publié en France, Capital et Idéologie ( Pitalia publiera le label Deusto en espagnol), Piketty propose des recommandations spécifiques pour réduire le fossé qui existe aujourd'hui dans tous les pays entre des personnes aux ressources abondantes. matériel et financier, et d'autres qui ont peu ou rien. Autrement dit, il s’agit d’actions dont l’objectif général est d’améliorer la répartition de la richesse. Résumées par le journal L'Obs, voici ses propositions:

1. Propriété et cogestion d'entreprises: les employés occupent 50% des postes au conseil d'administration et les droits de vote des principaux actionnaires sont limités (par exemple 10% dans les grandes entreprises).

2. Biens temporaires: création d'un impôt foncier annuel progressif, avec des taux allant de 0, 1% pour les petits héritages (jusqu'à 100 000 euros) et jusqu'à 90% pour les héritages supérieurs à 2 000 millions d'euros.

3. Mise à disposition de capital et de circulation universels de biens immobiliers: à 25 ans, chaque personne reçoit l'équivalent de 60% de l'actif moyen, soit 120 000 euros, financés par l'impôt progressif sur l'immobilier.

4. Augmenter les taux maximaux d’impôts sur le revenu et sur la fortune (jusqu’à 90%).

5. Constitutionnalisation du principe de la taxation progressive.

6. Justice éducative: rééquilibrage effectif et vérifiable des dépenses d'éducation en faveur des quartiers défavorisés.

7. Introduction d'une taxe individuelle et progressive sur le carbone grâce à une "carte carbone" permettant de mesurer la consommation de chacun.

8. Financement de la vie politique: les citoyens reçoivent "des obligations d'égalité démocratique" de la part de l'État pour les livrer aux partis de leur choix; limitation drastique des dons privés.

9. Inclusion d'objectifs budgétaires et environnementaux quantifiés et contraignants dans les accords commerciaux et les traités internationaux; suspension d'accords et de traités (y compris européens) qui ne remplissent pas ces conditions.

10. Création d'un registre financier international permettant aux administrations fiscales de savoir à qui appartient quoi; suspension de la libre circulation des capitaux qui ne remplit pas ces conditions.

Comme on peut le constater, il s’agit de mesures inhabituelles, voire inédites, car plusieurs d’entre elles n’ont pas été essayées dans l’histoire ou seulement de façon sporadique. Cependant, même une brève réflexion suggère que plusieurs d'entre eux, s'ils sont appliqués de manière durable, pourraient réellement entraîner un plus grand changement dans le mode de vie général de l'humanité.

Qu'en penses-tu?

Egalement dans Pyjama Surf: Seneca, l'homme le plus riche du monde, explique comment ne pas être esclave de l'argent et de la richesse