Les réseaux sociaux font-ils de nous des idiots?

La question n'est pas moins

Peu de temps avant sa mort, le romancier italien Umberto Eco, très érudit, a fait le commentaire suivant:

Les réseaux sociaux vous donnent le droit de parler à des légions d'idiots qui ne parlaient d'abord qu'au bar après un verre de vin, sans nuire à la communauté. Ils ont rapidement été réduits au silence et ont désormais le même droit de parole qu'un prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles.

C'était avant un réveil plus ou moins massif, bien que pas suffisamment proactif, qui se soit produit après le triomphe de Trump et la découverte de l'influence des fausses informations, des "chambres d'écho" des algorithmes, etc.

Il y a quelques mois, nous avons publié une note sur le nouveau livre de Jaron Lanier, Dix raisons pour effacer immédiatement vos réseaux sociaux. Lanier souligne que les algorithmes des géants de données ont créé un nouveau modèle dans lequel "le comportement de l'utilisateur est le produit", comportement - le vôtre et le mien - qui est constamment modifié.

Jaron Lanier est l'un des principaux dissidents de la bulle de la Silicon Valley. Il est considéré comme le père fondateur de la réalité virtuelle, l'un des auteurs du protocole Internet Protocol 2; Il travaille actuellement chez Microsoft, mais uniquement en tant que conseiller. il passe le plus clair de son temps à composer de la musique classique et à écrire. Aux côtés d’autres voix lucides telles que Douglas Rushkoff, Lanier met en garde depuis plusieurs années: l’utilisation aveugle de la technologie, en particulier des réseaux sociaux, menace le meilleur de ce qu’il est d’être un être humain. Selon Lanier, les réseaux sociaux sont des laboratoires expérimentaux où nous ressemblons aux célèbres chiens de Pavlov.

Dans un article récent dans El País (dont nous recommandons vivement la lecture) sur la situation générale d’Internet et des algorithmes, Lanier aurait déclaré avoir lui-même remarqué les effets négatifs du réseau lorsqu’il bloguait dans le Huffington Post . Dans les réseaux, "les gens normaux ont tendance à devenir des idiots parce que les idiots reçoivent une attention maximale". Et il ajoute que Donald Trump, accro à Twitter, est un bon exemple de comportement aliéné et de bêtise des réseaux: "Il ne se comporte pas comme la personne la plus puissante du monde, car sa dépendance l'est encore plus." Pour Lanier, la solution n’accepte pas les demi-mesures: bien que la technologie et Internet aient des effets positifs, les réseaux sociaux ne le font pas vraiment, il est donc recommandé de les quitter.

La question qui se pose est la suivante: les réseaux sociaux nous rendent-ils vraiment idiots? Nous pensons que la réponse est oui. Le même article cite le philosophe Zygmunt Bauman (également décédé récemment), qui a estimé que le véritable dialogue (c’est-à-dire l’association de logos, de raison) avait lieu avec ceux qui étaient différents. Internet, qui avait été initialement conçu pour nous connecter avec les «autres», ne nous connecte aujourd'hui qu’avec eux, avec des reflets tautologiques de nos propres goûts. Comme l'ont noté divers analystes, l'algorithme de Facebook fonctionne comme une "chambre d'écho" ou une "bulle de filtre" qui nous renvoie plus que ce que nous aimons déjà et ne montre pas le différent et le discordant Si vraie intelligence, et plus encore, la croissance individuelle consiste à remettre en question nos propres croyances et à s'ouvrir à une altérité radicale. Il semble donc que les réseaux nous imitent. De même, si nous considérons que le sens du mot idiote a rapport à qui existe en privé, l’idiot est le citoyen privé, celui qui ne dialogue pas ou ne participe pas vraiment avec le monde. Bien sûr, nous vivons aujourd'hui dans l'illusion que Twitter est la place publique et nous y participons, collaborons et changeons le monde.