Butler qui a divulgué des documents dans le cas de "Vatileaks" utilise le Saint-Esprit pour sa défense

Lorsque le Vatican est sous la loupe, les hiérarques, les évêques et les prêtres soulèvent la bannière du sacré en signe que le Saint-Siège est un lieu exempt de tout péché, bien que d'anciens employés et même des prêtres assurent le contraire.

Paolo Gabriele et Claudio Sciarpelletti ont atteint le moment où ils devront faire face à la justice pour crimes liés à la fuite de documents secrets qui, selon l'accusé, révèlent des fraudes et des intrigues devant le Saint-Siège.

L'ancien majordome, Paolo Gabriele, a déclaré aux autorités qu'il avait agi en tant qu'agent du Saint-Esprit dans la poursuite du bien de l'Église pour la libérer du mal et de la corruption.

Gabriele est accusé de vol qualifié, un crime pour lequel il pourrait rester jusqu'à 6 ans de prison. Le scandale a provoqué diverses réactions dans les médias italiens, nommant l'événement "Vatileaks".

L'ancien majordome est également accusé d'avoir divulgué des documents confidentiels du Vatican au journaliste Gianluigi Nuzzi, qui les a publiés dans son livre controversé, Sa Sainteté .

Gabriele a été arrêté le 23 mai après que la police eut retrouvé des documents confidentiels chez lui, au Vatican. Il a été détenu pendant 53 jours dans une salle de sécurité, n'ayant pour seule alternative que d'assister à la messe le dimanche. Depuis lors, il vit en résidence surveillée et reçoit une aide spirituelle.

Les employés du Vatican confessent qu'il est probable que le pape Benoît XVI pardonnera enfin à Gabriele et à Sciarpelletti, ne serait-ce que pour apaiser le scandale.

Le rapport psychologique a révélé que le majordome est émotionnellement fragile, bien que ses déclarations contredisent son objectif de libérer l'Église de la corruption.

La commission des cardinaux a été chargée d'interroger 30 religieux dans l'affaire, essayant de déterminer s'ils sont liés à Gabriele ou à Sciarpelletti, qui travaillait comme informaticien au Saint-Siège. Les rapports n'ont pas encore été publiés, mais les experts disent que les principaux responsables d'église sont probablement liés dans le "Vatileaks".

Selon des documents divulgués par Gabriele et publiés par le journaliste Nuzzi, le Vatican serait plongé dans des problèmes de corruption et de fraude.

[Disinfo]