Ometeotl: interprétation philosophique de la divinité polaire trinitaire du Mexique ancien

Pour tenter de sauver le symbolisme cosmogonique du peuple ancestral des Anahuac (maintenant connu sous le nom de Mexique), nous présenterons une interprétation plus proche de la philosophie des Anahuacas.

Quelle forme auront nos visages dans la maison du mystère? Est-ce réel ou non? Qui peut vraiment définir la vérité? Le donneur de vie est impénétrable.

Chants des seigneurs

Et je voudrais remonter le moral de l'infortuné faun qui repose là sous la terre endormie.

WB Yeats

Pour tenter de sauver le symbolisme cosmogonique du peuple ancestral des Anahuac (maintenant connu sous le nom de Mexique), nous exposerons une interprétation plus proche de la philosophie des Anahuacas, en raison de la confusion résultant de l'imposition culturelle et religieuse, ainsi que des difficultés propres à chacun d'eux. pour adapter les termes d'une langue profondément liée à une pensée philosophique si différente de la pensée européenne, ils font apparaître des interprétations erronées ou superficielles, dépourvues de la signification transcendantale dans laquelle leur langue maternelle les a conçues.

Le sens traditionnel qui est actuellement attribué au terme Ometeotl peut être généralisé comme suit: "Seigneur divin de la dualité", ce qui est assez éloigné de la vision qu'avaient les habitants de l'ancien territoire du Mexique d'Ometeotl, puisque le terme Ometeotl est une expression à désigner. une riche philosophie issue d'un peuple cultivé avec une pensée métaphysique très sophistiquée qui représentait les divinités de son panthéon. Pour entrer dans la connaissance derrière ce terme, il est d'abord nécessaire de connaître l'origine du mot, ainsi que de clarifier les confusions interprétatives survenues dans son étude.

Selon l'étymologie, le terme Ometeotl est composé de:

" ON " (préfixe respectueux) + " E " (trois) + " OME " (deux) + " TEOTL " (divin)

La particule " On " signifie l'unité. Pour sa part, la racine " E " signifie trois; une fois réunis, les deux éléments forment le nombre " Ome ", deux. À son tour, lorsque le nombre " Ome " rejoint un autre terme, il perd le " E " (sauf exception), comme dans " Ome " (deux) + " Teotl " (divin) = " Onteotl " (dualité divine) ; toutefois, la composante " Ome " du nom Ometeotl ne fait pas référence au nombre 2, mais à la composition " Om-E " (respectable 3). Par conséquent, l'informateur mexicain qui a conseillé la préparation du Codex du Vatican l'a traduit par "Seigneur des Trois Dignités" ( Om, "digne" + E, "trois" + Teotl, "divin"), de sorte que la traduction la plus précise serait :

Ometeotl: Divine Uni-Dual-Trinity . Ometeotl est unique par essence, triple en action et double en manifestation.

Ce détail n’a pas été pris en compte par le père Garibay Kinana qui, dans les années 1940, l’a fait savoir lorsqu’il a traduit les chansons mexicaines, en les traduisant par «double dieu», ni les membres de la soi-disant «Mexicanity» qui, à la fin de la Le siècle dernier, ils ont pris le nom d’Ometeotl dans les œuvres de Kintana et de Portilla, avec tout et traduction.

Omeyocan: c'est comme si nous disions la «cause première», sous un autre nom appelé Ometeotl, qui est autant que «Seigneur des Trois Dignités».

( Vatican Codex 3738, la seule source préservée qui explique le terme "Seigneur des Trois Dignités")

Tous ces détails, associés à l'idée de "dualisme" du christianisme occidental moderne, en tant que concept moral de "bien" et de "mal", ont conduit à la méconnaissance de Ometeotl en tant que personnification de l'idée dualiste toxique du christianisme moderne (je souligne dans le terme "moderne", puisque la doctrine du christianisme a été délibérément manipulée et modifiée, de sorte que le christianisme moderne peut être considéré comme une fragmentation falsifiée du christianisme originel originel; tout semble indiquer que l'idée de dualité n'existait pas dans le christianisme original, cette idée Il a ensuite été adopté par l'ancienne religion zoroastrienne.)

Ometeotl n'avait pas de temples; il était donc presque inconnu du peuple, mais très nommé dans les poèmes des hautes classes, comme il apparaît dans les Mots anciens et dans Les Cantiques des seigneurs, qui sont plutôt des documents philosophiques, et c'est là que réside la clé Pour comprendre la profondeur du terme.

Le principe de la triade peut être trouvé dans de nombreuses religions trinitaires et dans diverses écoles philosophiques et / ou ésotériques, telles que celle des Égyptiens, des hindous ou la proposition théologique de la Sainte Trinité des chrétiens; nous trouvons également le triple joyau du bouddhisme, ou les trois principes de l'alchimie; En substance, ils représentent tous la même chose, mais chacun manifeste une vision unique de ses croyances, de sa culture et de sa capacité à percevoir le monde à sa manière.

Ometeotl, dans l'idéologie toltèque, vient incarner:

  • 1- Le principe créateur et de maintien de l'univers.
  • 2 - La réconciliation des polarités, c'est-à-dire de tout ce qui est manifesté (Tonal) et tout ce qui est caché (Nagual), pour harmoniser les opposés complémentaires vers un but supérieur.
  • 3- La personnification du processus de perception.

L'énergie n'est ni créée ni détruite, cette propriété énergétique de l'univers s'appelle "Senteotl", racine " Sentli " (unité, maïs) + " Teotl " (divin) = "unité divine" ou "graine divine". Le terme fait référence à l'unité philosophique, mais aussi à la "nourriture divine", qui est l'énergie vitale.

Pour créer le monde, Senteotl se manifeste sous la forme d’Ometeotl. Ometeotl est le créateur de l'espace-temps; Il se manifeste par une multitude de «dieux», qui sont en réalité des personnifications des forces de la nature, projetées par la psyché humaine.

Ometeotl est ce que certains ont appelé "Dieu" dans son aspect le plus élevé, n'étant pas, au sens strict du mot, un "être", étant donné qu'il est autonome et qu'il se suffit à lui-même, il ne peut être limité par l'existence même qui limite À tous les êtres. Tout vient d'Ometeotl et tout retourne à Ometeotl; C'est donc l'équivalent de ce que les juifs appellent Ein Sof.

Ometeotl est un potentiel d'action, car le divin est une proposition d'action. Uni-Dual-Trinidad est la tentative de réconcilier nos polarités; les anciens Mexicains n'étaient pas des dualistes, mais des polaristes, car la doctrine de la dualité suppose qu'il existe deux entités ou forces distinctes dans l'univers, tandis que la doctrine de la polarité affirme qu'il n'y en a qu'une avec deux pôles ou manifestations. La polarité est complémentaire et harmonique; La dualité est exclusive.

Cette unité créative, à partir de laquelle tout ce qui a été créé émane et se manifeste à travers Ometeotl, s'est développée en tant que forces naturelles qui interagissaient avec le monde physique (Tonal) et avec l'impalpable (Nahual) et manifestaient ainsi le principe de polarité / complémentarité latente. dans tout créé; Ce principe s'appelait OMETEOTL.

Quant à sa qualité trinitaire, les trois reflètent le processus de l'acte perceptuel, composé d'un sujet, d'un objet et d'une relation. La triple nature de la perception, c'est-à-dire la sensation, la sélection-interprétation et la faculté volitive créative et consciente de l'acte de se percevoir. Il synthétise ensuite la conscience, la volonté et la capacité créatrice de l'être humain.

Ometeotl était représenté avec l'emblème du triangle avec un nœud ou un œil au centre ou avec trois yeux. Voici quelques images de vaisseaux Teotihuacan, car le concept de fusion de polarité dans la trinité existe à Anahuac depuis l’ère Olmèque.

Image du temple de l'agriculture, Teotihuacán: deux groupes de neuf pyramides organisées en trois paquets chacun, synthétisées par le glyphe "ciel à plumes ou précieux", symbole d'Ometeotl. Notez que les escaliers des pyramides sont similaires aux chaînes de l'ADN, tandis que leurs sanctuaires sont formés par le glyphe des triangles croisés, emblème des cycles du temps. En dessous, des nuages ​​avec des "nagual-dogs" qui transportent des graines. L'ensemble de ces symboles sont des représentations d'une pensée évolutive.

Dans le livre intitulé Kinam: Le pouvoir de l'équilibre, du chercheur en anthropologie Frank Diaz, nous lisons:

L'une des idées de base de la cosmogonie toltèque est que les choses ne sont pas sorties «de nulle part», mais ont été progressivement développées par Ometeotl grâce à ses pouvoirs auxiliaires: les forces et les lois de la nature. En d'autres termes, la création était pour eux un processus continu, qui va des ténèbres à la lumière (Tlilli-Tlapalli), à travers l'éveil progressif de la conscience. Ils considéraient ce processus si universel qu'il se produisait même en termes biologiques. Les Mésoaméricains étaient probablement le seul peuple du monde antique à avoir des croyances évolutives, dans un sens similaire à ce que la science a découvert.

Voyons, par exemple, la citation suivante de Popol Vuh sur l’humanité qui nous a précédés sur Terre:

Ils disent que la progéniture de ces hommes sont les singes qui existent maintenant dans les forêts. Pour cette raison, le singe ressemble à l'homme: c'est l'échantillon d'une génération créée.

( Popol Vuh I.IV)

Le concept d'évolution toltèque a été appelé senkawa, un mouvement qui tend à la perfection, où la racine sen, une, indique que cette perfection a été conçue comme un retour à l'unité. Selon cette idée, l'évolution du primat ne finit pas dans l'homme, mais va au-delà du plan d'existence des "dieux", et continue même à s'élever, grâce à la conscience des "serpents à plumes", jusqu'à ce que intégrer à nouveau dans Ometeotl.

Or, il est clair que nous avons des organes de perception, des yeux, des oreilles, un goût, un toucher et une odeur ... Donc, ce système de perception a probablement été conçu pour recevoir des informations. Si tel est le cas, il est raisonnable de supposer que l’information existe. S'il existe des informations, elles appartiennent probablement à quelque chose, mais c'est là que se trouve l'un des plus grands pièges de la perception dans lesquels l'homme se trouve, et que Frank Diaz exprime à sa manière:

En voyant les objets, le primat croit que la totalité est égale à la somme de ses composants. L'esprit du primat raisonne pour dire que si chaque objet a une cause, la totalité doit aussi l'avoir. Telle est l'origine des religions théistes et de la science matérialiste. L'esprit du primat convient parfaitement au primat, mais pas à ceux qui tentent de transcender notre héritage animal. Si nous voulons comprendre le fonctionnement de l'univers, comment nous en venons à exister et quel est notre but dans la vie, nous avons besoin d'un nouvel esprit, d'un esprit capable de s'ABSTRAIRE. La raison est un moyen, pas une fin; La fin est la connaissance de la réalité.

La sémantique Alfred Korzybski a appelé "conscience de l'abstraction" la connaissance du mécanisme généralement inconscient par lequel chacun de nous crée le monde à son image.

La philosophie qui sous-tend le concept d’ Ometeotl est très profonde et propose de penser que le monde n’est peut-être qu’un moyen d’atteindre un but supérieur et le corps un outil pouvant être utilisé pour le réaliser. peut-être quelque chose de mystérieux dans l'espace-temps a décidé de retourner à l'origine, mais avec le gain de conscience de soi, puisque "Moyocoyani", celui qui s'invente lui-même, est un autre des noms multiples avec lesquels Ometeotl est connu .

Bien que l'énergie soit au-delà de la description et de la compréhension, il est possible de la percevoir et d'interagir avec elle à travers ses manifestations infinies. L'évolution naturelle a des limites. Toute forme de perception est limitée. Par conséquent, toute compréhension de la réalité est imparfaite et perfectible. Notre seule possibilité de transcendance consiste à essayer délibérément d'accroître la perception. Un tel objectif nous pousse à évoluer, c'est-à-dire à augmenter nos capacités de perception. L’expérience maximale consiste à diluer le conditionnement perceptuel de notre espèce et à fusionner notre propre conscience avec l’aspect conscient de l’énergie cosmique, faisant de nous un canal de sa nature triple.

La citation ci-dessus appartient à Frank Diaz, qui, pour avoir exposé ses idées et ses recherches, a été diffamé, ignoré et ridiculisé non seulement par la communauté anthropologique, mais par toutes sortes de conservateurs, l'accusant d'appartenir au nouvel âge, étant donné que Frank est le possesseur de la pensée très critique; En plus d’être un expert du système calendaire mésoaméricain, il fonde ses théories sur l’étude des sources primaires, la maîtrise de la langue nahuatl, ainsi que sur les pratiques de déconstruction de la perception, mais surtout sur son engagement à étudier et à diffuser formellement la pensée de Anahuac

Remarque: les idées présentées ici sont le produit de l’étude des travaux universitaires de Frank Diaz. Pour ceux qui s'intéressent à la philosophie mexicaine interprétée par Frank, vous pouvez voir ici une vidéo très intéressante: La philosophie toltèque .