Pourquoi l'équipe finlandaise se faufile-t-elle entre les compétitions aux Jeux d'hiver de Pyeongchang?

Le tricot est devenu une tradition pour les compétitrices finlandaises aux Jeux olympiques d'hiver

Pour la deuxième fois aux Jeux d’hiver, l’équipe finlandaise a attiré l’attention en apparaissant en train de se faufiler entre les séries. Les planchistes finlandais et leur entraîneur, Aniti Koskinen, sont apparus avec des images rappelant celles de 2014 à Sochi, lorsque les concurrents finlandais ont collectivement tricoté un foulard pour leurs pairs qui allaient se produire aux Jeux olympiques brésiliens.

À cette occasion, l’équipe finlandaise tisse une couverture pour le premier fils du président, né le 2 février. Donc, le tricot est une façon de faire quelque chose de bien et de se connecter avec l'esprit de concorde des jeux. Mais aussi, selon l’entraîneur, le tricot permet d’éviter les conversations insignifiantes et les distractions. C'est une forme de relaxation et de concentration. Cela a été prouvé: le tricot est thérapeutique, il sert de méditation, alors peut-être, pourquoi pas, nous pouvons voir les athlètes de haut niveau tisser dans le cadre de l’optimisation de leurs performances lors de compétitions.

Au-delà du but du fil et de l'aiguille dans ce cas, il ne fait aucun doute que l'équipe finlandaise a généré de nombreux sourires. Ce qui semble être courant en Finlande, un pays qui apparaît constamment aux premières places en matière de qualité de vie et d’éducation, ce que certains ont appelé "le miracle de la Finlande", un des pays les plus froids au monde qui semble avoir Un coeur chaud