Les psychologues ont identifié les créatures que la plupart des gens craignent et dégoûtent

Graphique de la phobie et du dégoût des animaux

Un groupe de chercheurs de la République tchèque a découvert les réactions que l'homme a à une série d'animaux avec lesquels nous interagissons fréquemment. Les chercheurs ont exposé à un groupe de volontaires des images de 24 animaux recensés par la littérature médicale comme sources de phobies animales, dans le but de comprendre les mécanismes ou les fonctions de ces phobies.

Les résultats ne sont pas surprenants, les araignées et les serpents étant les animaux qui génèrent le plus de peur, mais les araignées sont également les plus dégoûtantes. Dans cette dernière catégorie, les araignées sont envahies par des vers, des poux ou des vers. Ci-dessous sont les cafards et les rats. Parmi les animaux les plus effrayants, les guêpes, les taureaux, les fourmis et les chiens figurent parmi les premières places.

Le graphique est assez clair. Il faut seulement mentionner qu’il est évident que les chercheurs ne pourraient pas faire une enquête complète, incluant des animaux plus rares ou d’autres animaux courants, tels que les moustiques (pour qui peut-être une autre catégorie, celle des «irritants»).

Généralement, les phobies sont expliquées comme des reflets ataviques des temps anciens où l’être humain était plus exposé à certains animaux, et deviennent une sorte de "peurs innées". En ce sens, peut-être peut-on expliquer les lieux occupés par les serpents et les araignées, voire le dégoût des parasites. Par contre, certains animaux cliniquement liés aux phobies, tels que les rats et les lézards, ne suscitent pas beaucoup de peur. Il y a donc probablement un mélange de facteurs culturels et de facteurs de mémoire génétique, bien que l'étude ne soit pas du tout concluante.