A propos de caresser avec l'âme, ou comment se transformer en amour

Il n'y a pas d'erreurs, seulement des leçons, et c'est pourquoi vous devez avoir le courage d'être et de chanter la volonté avec votre cœur.

«Il y a différentes attitudes possibles envers l'amour: vous pouvez le manger, vous pouvez le prendre, vous pouvez le respirer, mais vous pouvez aussi y vivre. Ceux qui en mangent restent sur le plan physique et ne trouvent jamais de satisfaction car ils se contentent de petits plaisirs. Les plaisirs de ceux qui en boivent sont moins crus, mais ils restent confinés aux plaisirs et aux satisfactions du plan astral. Les philosophes, les écrivains et les artistes qui ont atteint le plan mental sont ceux qui respirent l’amour; L'amour est votre source d'inspiration constante. Seuls ceux qui vivent dans l'amour, dans la dimension subtile et éthérée de l'amour, le possèdent réellement. Pour eux, il s'agit de la lumière de l'esprit et de la chaleur du cœur. Ils ont donc répandu cette lumière et cette chaleur sur tous ceux qui les entourent. Ceux qui vivent dans cet amour possèdent la plénitude. "

Omraam Mikhaël Aïvanhov.

L'être humain a toujours recherché son âme soeur, cette moitié orange avec qui le devenir et partager un chemin sur ce plan. L'amour en tant que couple comme but de la vie, comme nécessité; bouleversé et capitalisé au maximum par le Disney emporium. La relation en tant que définition sociale de la plénitude et du bonheur, nous savons que l'union permet l'expansion, nous savons que l'amour est tout ce dont nous avons besoin ...

Mais cette union que nous souhaitons tant, avec qui est-elle? Y a-t-il une âme soeur?

Essayons-nous de trouver, comme toujours, ce qui est seulement à l'intérieur et donc voué à une recherche sans fin? Avez-vous cessé de penser à la version de l'amour que vous aspirez à manifester, à la manière dont vous voulez incarner vos relations et à la manière dont vous voulez qu'elles vous définissent? Nous vivons dans un scénario où "l'amour" est "acheté", où les relations sont vécues pour le confort, la dépendance et / ou le besoin; la solitude, l'engagement et l'honnêteté sont à craindre. Nous sommes les créateurs d'un environnement dans lequel les perversions violentes, les jeux de pouvoir et la peur se multiplient à une vitesse alarmante. Nous construisons, parmi tous, une réalité dans laquelle le respect et la tolérance sont l'exception à la norme, dans laquelle l'égalité n'existe presque pas. Nous voulons des résultats immédiats qui ne nécessitent pas de discipline, de responsabilité et / ou de volonté. Le facile et rapide comme prémisse, le superficiel par excellence. Mais nous voulons aussi, avons besoin et croyons en l'amour… même si nous nous y perdons généralement. Ensuite, nous pouvons demander: voulons-nous le boire, le manger, le respirer ou voulons-nous être l'Amour?

Nous allons rarement plus loin, nous avons peur de la profondeur - et que Socrate nous ait dit il y a des milliers d'années que "la vie sans examiner ne vaut pas la peine d'être vécue". Dans l'accélération hyper connectée constante - ou sera-t-elle hyper déconnectée ? - Nous vivons, nous n'arrêtons presque jamais d'absorber les informations que nous avons à notre portée et qui nous forment. Il semble que nous acceptions tout sans le traiter réellement. Nous ne prenons pas le temps de comprendre, d’assimiler les éléments présents et comment ils nous reflètent, de définir notre interprétation de ces éléments et de nous manifester ensuite selon notre volonté. Peu assument la vraie responsabilité d'être ... mais c'est ainsi que nous nous plaignons lorsque les choses ne sont pas comme nous le voudrions! Nous aimons le caprice, les crises de colère par excellence.

Les principes de la correspondance sont simples: en dehors de l'intérieur, en haut, au-dessous, nous ne pouvons pas reconnaître quelque chose que nous n'avions pas trouvé auparavant, nous ne pouvons pas recevoir quelque chose que nous n'avons pas donné - ce qui se passe est distribué , il ne peut y avoir de réflexion. de quelque chose qui n'est pas en vous. Aldous Huxley dit: «L'expérience n'est pas ce qui vous arrive, mais ce que vous faites avec ce qui vous arrive» et la volonté d'accepter la responsabilité d'être vient. «Rien ne se produit tout seul. . Je crois que tous les événements sont créés par la volonté »(William Burroughs), nous pouvons être des agents passifs et continuer à nous plaindre et à souffrir, ou nous pouvons commencer à chanter notre volonté avec la fréquence la plus intime de notre cœur.

… Mais pour cela, vous devez connaître le cœur, vous devez vous connaître.

Sur la façade du temple d’Apollon, dans l’Oracle de Delphes de la Grèce antique, la phrase suivante était inscrite: " Connais-toi toi-même" - nous savons qu’on est toujours le point de départ, c’est la seule chose à laquelle on puisse vraiment aspirer. "Comprenez." Se connaître soi-même signifie cependant, plutôt que de reconnaître les vices et les vertus, il s’agit de (re) connaître nos différents corps (physique, éthéré, mental, causal, astral, atmosphérique…) et leurs besoins fondamentaux. C'est tisser toutes vos manifestations - unir corps et esprit.

Tout ce qui est créé est né de cette union, chaque atome est le résultat de la fusion de l’esprit (énergie) et de la matière.

C’est peut-être plutôt cette union que nous désirons tant et cherchons sans cesse: ce moment où nos êtres inférieurs se mêlent à nos supérieurs, l’intégration totale de notre côté féminin et de notre côté masculin, de nos contraires ... Une fusion qui nous permet de résonner selon le plus intime de notre essence dans son intégralité et manifeste selon elle. Et cette union est celle qui représente l'ouroboros, serpent qui forme un cercle en mangeant sa propre queue, symbole de l'infini, de l'éternel. Omraam Mikhaël Aïvanhov explique: «Celui qui parvient à devenir un cercle entre dans un monde sans limites, où le« dessus »et le« dessous »ne sont plus séparés. Toutes les vertus, les richesses et les pouvoirs de votre moi supérieur se transmuteront à votre moi inférieur. Le supérieur et l'inférieur se confondent et l'homme devient la divinité. "

... Sartre a déclaré que "l'homme est fondamentalement le désir d'être Dieu".

La fusion consciente de tous nos «je» comme exercice exquis d'alchimie cherchant à nous reconnaître comme divinité. Jésus n'a-t-il pas dit "vous êtes des dieux"? C'est dans cette union que réside l'essence et le but ultime de la magie - la clé de la manifestation, qui matérialise tout. Et pour atteindre cet état de fusion exquise, afin de nous développer et de développer nos concepts, nous devons tourner nos yeux vers l'intérieur et nous reconnaître nous-mêmes dans toute notre profondeur, infinie. Faisons attention aux possibilités de notre dimension interne - c'est la seule qui nous accompagne à tout moment, et ce sont elles qui déterminent si nous pouvons ou non profiter de cette expérience terrestre dans toute sa splendeur. Et ensuite, portons attention à notre environnement, traduction de notre vie privée. Carl Jung a travaillé sur la maxime selon laquelle "tout ce qui nous irrite des autres nous conduit à nous comprendre nous-mêmes" ... il va sans dire que nous avons beaucoup d'introspection à faire.

C'est par l'observation que nous pouvons, en plus de nous retrouver, découvrir l'amour… «Trouvez l'amour que vous recherchez en trouvant cet amour en vous en premier. Apprenez à vous reposer à cet endroit en vous, c'est-à-dire votre véritable patrie. ”(Sri Sri Ravi Shankar) Nous pouvons là-bas, dans cet endroit, décider consciemment de l'attitude que nous voulons adopter envers l'amour - rappelez-vous qu'il y a des étapes pour tout.

Vous ne pouvez pas être quelque chose sans d'abord le boire, le manger et le respirer.

Dans l'intégration, nous pouvons (re) connaître le "véritable" amour et nous y transmuter sans nous perdre à nouveau. Par "vrai", nous comprenons cet amour qui dépasse tout ce qui est imaginable et inconcevable. Cet amour qui ne forme pas de racines, qu'il n'a pas besoin de posséder, ne souffre ni de jalousie ni d'absence. Il transgresse les genres, les espèces, les avions, les distances et le temps. C'est cet amour que vous vivez, êtes et manifestez à tout moment avec tout et tout le monde autour de vous sans exception.

Étrangement, une fois que vous savez que l'amour, plus rien ne compte, vous ne cherchez rien, vous êtes tout. Vous vivez ici et maintenant, sachant que la seule chose qui soit permanente est le changement (Héraclite) et que "nous choisissons nos joies et nos peines bien avant de les expérimenter" (Kahlil Gibran). "Il faut juste avoir le courage d'être et de tonifier la volonté avec ton cœur. Peu importe que tu sois dans une relation, dans beaucoup de cas ou pas du tout - les formats changent constamment - peu importe ce que tu reçois, comment ils te traitent ou quoi cela vous arrive - tout ce que vous transmutez.Vous vous assumez, entièrement responsable de votre Être et de votre environnement, sans crainte de rien - parce qu'il n'y a rien - dépliant et dépliant votre amour constamment et indifféremment au résultat ou au récepteur.

Une fois que nous comprenons vraiment cela, que nous incarnons cet amour et que nous (re) connaissons les magiciens - embrassant tous nos aspects, fusionnant tous nos «moi», nous reconnaissant dans toutes nos gammes - la magie commence vraiment.

Vous savez ce que vous recherchez et vous vous consacrez ensuite à apapachar - du Nahuatl Papatzoa: adoucissez quelque chose en le frottant ou métaphysiquement, en caressant votre âme - à tout le monde autour de vous. Vous êtes amour et vous vous multipliez dans des formats infinis.

«Mais vous ne pensez pas que votre vie durera éternellement, pourquoi hésitez-vous à changer? Ne perdez pas vos actions sur la terre dans un non-sens. "(Don Juan Matus)

Twitter de l'auteur: @ellemiroir