Chant de la machine ": un virus qui permet à l'homme de voir dans l'infrarouge

Dans une excellente vidéo combinant science et art, Superflux présente un nouveau développement théorique de l'optogénétique qui permet aux êtres humains d'obtenir une vision électromagnétique à spectre plus large et de connecter le cyberespace à la réalité quotidienne.

Les yeux sont nos premiers processeurs de réalité, le cortex visuel reçoit le monde dans un "chant neural" de différentes voix (les voix sont les différentes plages du spectre électromagnétique). Notre codage est conçu ou limité à une simple "écoute" de certaines de ces fréquences lumineuses. Cependant, certains animaux peuvent voir dans l'ultraviolet (comme le renne ou les abeilles) et même dans le rouge (comme les serpents). Pouvons-nous modifier notre corps pour accéder à ces dimensions invisibles de la lumière?

C’est ce que soutient un exercice de science-fiction - qui pourrait devenir une réalité à venir - l’équipe formée du neuroscientifique Patrick Degennear et de la firme de design Superflux.

La voie à suivre est celle de l’optogénétique: plus que l’implantation d’électrodes dans les yeux et dans le cerveau, injecter un virus introduisant de nouvelles cellules nerveuses photosensibles, puis utiliser une interface (lunettes électroniques) scène visuelle et envoie des codes de pouls lumineux à la rétine. Cette information pourrait amplifier "le chant neural" de notre cortex visuel.

L’interface visuelle permettrait également d’accéder au cyberespace en réalité augmentée, d’accéder à des fleuves de données sur des fleuves de lumière naturelle et électrique, des flux d’informations in situ, des géotags ... fusionnant le chant nature avec le chant électro de la machine dans une synesthésie numérique d'informations incessantes.

[Superflux]